Un an, et tout, et tout, et tout

2014-06-01 14.10.28Un an… Ils viennent d’avoir un an mes bébés. Quel vertige du temps. Je n’associe pas encore leur anniversaire avec leur date de naissance, toujours un peu abstraite pour moi. La date de leur retour à la maison est plus palpable, plus libératrice. Aujourd’hui, ils sont de magnifiques petits loups tout sourire et pleins de vie. Je crois que je peux le dire : je suis amoureuse de mes bébés.

Je pensais avoir clos ce blog. Je pensais mon expérience derrière moi, la page tournée. Mais PMette je suis, PMette j’ai été, PMette je resterai, toute ma vie, comme je l’ai déjà écrit. Je constate aussi qu’on laisse aujourd’hui la PMA s’embourber dans un marécage exécrable et trop dangereux, et, face à la calomnie, face aux affabulations avec lesquelles on veut, depuis plusieurs mois, convaincre l’opinion, j’ai ressenti le besoin de témoigner. Moi, 30 ans, maman de jumeaux, nés après PMA, don d’ovocytes et grande prématurité. Avec le recul que j’ai aujourd’hui sur mon histoire, je vais écrire mon expérience.

Lire la suite

On a marché sur la lune

2013-07-15 14.48.55Que le temps passe vite en apesanteur ! Un tsunami de bonheur depuis que mes bébés sont enfin réunis, qui fait que j’ai difficilement eu une minute à moi pour venir vous le raconter. Bébé a rejoint sa sœur à la maison 5 jours plus tard, le 21 juin. Lorsqu’il est arrivé, lorsque je l’ai pris dans mes bras puis l’ai posé à côté de sa sœur, je n’ai pas réussi à contrôler le flot de larmes qui sortait de mon corps. Je suis restée là, à pleurer, pleurer devant mes deux merveilles, et dans les bras d’Amour. Enfin, des larmes de joie. Enfin, des perles de bonheur. Après déjà 2 ans de galères, j’avais entamé mon blog le 3 avril 2011 sur une étoile mystérieuse. Je le parachève aujourd’hui, alors que je marche sur la lune. Lire la suite

Zone d’attente

20130619_164703Finalement, Bébée est rentrée toute seule à la maison, dimanche. Bébé a continué à bien boire ses biberons mais commençait à fatiguer, et donc à faire des désaturations. Ils ont donc dû lui remettre les lunettes à oxygène pour l’aider. Déscopée depuis plusieurs jours, Bébée n’avait plus besoin d’être à l’hôpital. Il a donc fallu les séparer. Nous faisons les allers-retours depuis, alternant entre la garde de Bébée pour l’un et les visites à Bébé pour l’autre, puisqu’il n’est pas possible d’emmener Bébée voir son frère à l’hôpital. Nous sommes en zone d’attente, scrutant le scop de Bébé comme l’écran qui va nous indiquer quand notre avion décollera enfin pour le bonheur. Notez cette parfaite sat’ à 100%! Lire la suite

Les aventures de Bébé et Bébée en néonat

20130530_155749Cela fait maintenant presque 4 semaines que les bébés sont en néonatologie. Nous en sommes aujourd’hui à préparer leur sortie ! C’est aussi irréel que concret, aussi angoissant qu’excitant. Ils commencent à « apprendre à boire », comme on dit en néonat, c’est-à-dire à aspirer, déglutir, avaler le lait pour, petit-à-petit, se passer de la sonde gastrique. Bébée a commencé très fort, puisque dès le début, elle a bu quasiment tout ses biberons, à tel point que les médecins envisageaient de la faire sortir en fin de semaine. Seule, sans Bébé, qui n’allait pas si vite. « Désolée de cette bonne nouvelle », m’a dit le médecin devant ma tête à son annonce. Rentrer à la maison seule, sans son frère ? Cela me brisait le cœur d’envisager « d’abandonner » Bébé, tout seul à l’hôpital. Finalement, Bébée a ralenti le rythme, et s’est mise à boire quasiment autant que Bébé, qui, lui, a augmenté la cadence et s’est séparé définitivement de son assistance respiratoire. « Elle a voulu attendre son frère ! », a plaisanté le médecin, un peu désappointé d’avoir à réviser son planning. Oui, Bébée a attendu Bébé, et Bébé a tout fait pour rattraper Bébée, j’en suis certaine. Ils sont tellement apaisés et sereins lorsqu’ils sont réunis, ensemble, dans le même lit. Lire la suite

Instinct

instinctJ’en avais entendu parlé mais j’étais bien loin, bien loin de me douter de l’extrême puissance des sentiments maternels. Donner la vie, devenir maman c’est une déferlante d’émotions qui vous submerge. C’est aussi le développement de sensations totalement nouvelles et extraordinaires, l’impression d’être entièrement guidée par une sorte d’instinct animal.

Lorsque mes bébés sont nés, je l’ai déjà dit, la rupture charnelle a été atroce. Ils étaient nés mais ils n’étaient pas là. Ils n’étaient plus dans mon ventre mais ils n’étaient pas contre ma peau. Seule une boîte en plexi remplaçait mon utérus qui devait encore les maintenir au chaud et leur apporter tout ce dont ils avaient besoin. Lire la suite

Les aventures de Bébé et Bébée en réa-néonat

IMG_2899Mes bébés sont donc arrivés juste après leur naissance en réanimation néonatale, tous les deux intubés. L’intubation chez les prémas, c’est un fin tuyau introduit dans l’une des narines qui va jusqu’à la trachée pour leur permettre de respirer. Ils deviennent alors des bébés fantômes : lorsqu’ils pleurent, leurs corps se meuvent, leurs bouches s’ouvrent, mais aucun son ne sort. Dans la série fils et raccordements, il y a aussi la sonde gastrique, qui passe par le nez lorsque le bébé est intubé, ou par la bouche s’il est extubé, trois capteurs sont collés sur leurs poitrines, un autre sur un pied pour la tension et un dernier sur l’autre pied pour la saturation, le tout relié au fameux « scop » qui relaie les fréquences respiratoires, cardiaques, et la saturation en oxygène. Il sonne souvent, généralement pour rien, mais nous fait à chaque fois sauter le cœur dans la poitrine. Lorsqu’il se tait, c’est la sonnerie de l’incubateur qui prend le relais (trop chaud, trop froid…), ou encore celle de la seringue de lait qui est terminée, quand ce ne sont pas les sonneries des chambres d’à côté. Enfin, il y a le fameux cathéter qui dévore tout l’avant-bras du bébé. En environnement post-natal, on a vu plus doux. Lire la suite