Le don de sang de cordon

don de sang de cordonLe sang de cordon, également appelé sang placentaire, est le sang qui est présent dans le placenta et  dans le cordon ombilical. Il est intéressant d’un point de vue médical car il contient des cellules souches hématopoïétiques, qui  produisent tout au long de notre vie l’ensemble des cellules présentes dans le sang.

Il  permet de guérir plusieurs maladies graves du sang, comme les leucémies et les lymphomes. En faire le don lors de l’accouchement est totalement indolore et ne présente pas de risque, ni pour le bébé ni pour la mère, puisqu’il ne modifie pas les gestes médicaux de l’accouchement.

Pour ma part c’était un souhait naturel : comment aurais-je pu refuser un tel don totalement indolore et qui peut sauver des vies ? Cela représentait une sorte de double « contre-don » pour moi : premièrement j’ai l’immense chance de pouvoir donner la vie, et permettre que cette chance puisse sauver une ou plusieurs vies, je trouve cela extraordinaire. Deuxièmement, parce que quelqu’un a eu la générosité de me faire un don pour que justement je puisse donner la vie, et donner à mon tour dans ce cadre était très important.

J’avais cependant peur que cela ne soit pas possible pour moi puisque nous avons eu recours à un don d’ovocytes, et, côté antécédents, ma mère a eu un lymphome. Lorsque j’ai appelé la sage-femme responsable du don de sang de cordon dans ma maternité, la raison de son refus fut toute autre : elle m’a remercié de ma démarche mais m’a indiqué qu’il n’était pas possible de réaliser un don de sang de cordon en cas de grossesse gémellaire, « techniquement impossible » lors de l’accouchement paraît-il.

Je suis donc très déçue, et je ne comprends pas très bien pourquoi la gémellité empêche ce don. Est-ce une question de moyens ? Techniques? Financiers? Humains ? Politiques je crois surtout. La maternité dans laquelle je suis suivie a la chance d’avoir une sage-femme dédiée, et en en parlant autour de moi, je me suis rendue compte que c’était très rare, d’ailleurs peu de maternités font la promotion du don de sang de cordon. J’ai l’impression que c’est comme pour le don d’ovocytes en France : on ne se donne pas les moyens de mettre en place une réelle politique de don de sang de cordon qui pourrait un temps soit peu être efficace. Le professeur Frydman l’avait d’ailleurs souligné lors de la conférence à laquelle Lulu et moi avions assisté.

Alors j’invite toutes les mamans qui attendent un seul bébé à faire cette démarche qui, encore une fois, peut sauver des vies. Parlez-en à votre médecin.

Pour en savoir plus : www.dondesangdecordon.fr

About these ads

20 réflexions sur “Le don de sang de cordon

  1. J’ai enfin posé la question à mon gynécologue qui m’a confirmé que l’on ne pouvait pas faire le don de sang de cordon pour les jumeaux!
    D’après lui, c’est l’histoire du placenta qui se décolle trop du fait que le 2ème bébé arrive et il ne faut pas que le placenta soit décollé pour faire le prélèvement!
    C’est pas très clair mais il est resté vague car il n’en savait pas plus!
    Voilà pour les infos.
    À bientôt.

  2. J’avais aussi demandé pour le don de sang de cordon avant la naissance de Loulou mais la maternité ne le faisait pas… j’ai trouvé cela bien dommage aussi.
    J’ai toujours donné mon sang (bien que pas assez régulièrement, je me le reproche souvent), et lorsque mon fils de 1 mois et demi a dû être transfusé, j’ai vraiment ressenti une émotion particulière en voyant arriver la poche de sang. Ce n’était pas un « simple » médicament qui allait le guérir, c’était le geste d’un inconnu qui avait donné de lui même.
    Si ce n’est pas possible pour toi de donner aujourd’hui, je suis sûre que tu auras d’autres occasion de donner aux autres…

  3. En tant que sage-femme et ayant été responsable plusieurs fois du service de banque de sang placentaire à la mater où je travaillais, je peux peut-être te répondre:
    Je comprends complètement d’accord avec toi sur le principe de réciprocité, de donner la vie et de sauver la vie alors qu’on t’a aidée pour donner la vie, ça me parait tellement évident!
    Mais le prélèvement de sang placentaire n’est pas si simple.

    D’abord d’un point de vue « génétique »: on ne sait pas encore, à l’heure actuelle, ce que ces prélèvements vont réellement donner sur les receveurs dans plusieurs (dizaines) d’année, notamment sur les possibilités de développer des pathologies induites par le prélèvement. La politique actuelle est donc de faire un interrogatoire exhaustif de tous les antécédents des deux parents de « l’enfant-donneur » voire des antécédents des grands-parents de cet enfant.
    Par conséquent, la liste des contre-indications fait environ 4 pages recto-verso…On essaye de ne prendre aucun risque pour le receveur, il faut le comprendre. Mais du coup, si un parent n’est pas connu (ou ses antécédents), c’est contre-indiqué. Pour les dons de gamètes, la politique est d’accepter quand les dons de gamètes ont été faits en France, sous-entendu on connaît le processus de sélection médicale des donneurs, alors que ce n’est pas le cas de tous les pays qui pratiquent le don.

    Ensuite, pour le côté « technique », bien sûr, c’est indolore: on pique dans le cordon, qui n’est pas innervé. Mais c’est tout de même tout une organisation. Il faut qu’avant la naissance, le matériel ait été préparé (et il prend un peu de place: champs stériles, poche, et perfuseur à balancier sur un chariot). On oublie donc toutes les mamans qui accouchent très vite, ou avec un contexte d’urgence: on s’occupe d’abord de la mère et de l’enfant avant de faire le don!
    Ensuite, il faut savoir que les accouchements de jumeaux sont un peu particuliers, j’imagine que tu sais déjà ça…ou on va bientôt te l’expliquer. Au-delà du fait qu’il y a plus de personnel pour sécuriser ce moment délicat, la naissance du deuxième bébé « doit » se faire dans les 5 minutes de celle du premier. C’est un seuil qui respectent toutes les maternités en France suite à la publication d’études médicales très sérieuses: elles ont démontré que les risques de complications pour le 2ème jumeau liées à la rétraction du col après le premier accouchement étaient beaucoup moins importantes, voire inexistantes s’il y a moins de 5 minutes entre les deux naissances. Ca parait dingue, mais je t’assure que 5 minutes, ça passe vite. Et encore une fois, le plus important, c’est la santé de la mère et des enfants, avant de penser au don. Et il n’est pas question de faire le prélèvement du premier avant de faire naître le deuxième, on risque que le col se rétracte. Or, il faut faire le prélèvement tout de suite après le clampage du cordon. Si tu attends quelques minutes (par exemple le faire après la naissance des deux), il n’y aura plus de sang à prélever.

    Donc on contre-indique les dons de sang placentaire pour les jumeaux parce que:
    1- l’espace manque bêtement
    2- l’organisation n’est pas toujours facile
    3- la priorité, c’est la santé des deux enfants et de la mère.

    Voilà, j’espère avoir répondu à tes interrogations. N’hésite pas à me poser des questions! Mais c’est quand même dommage que la sage-femme ne t’aies pas expliqué tout ça.

    (Je précise que pour l’acupuncture, comme les tatouages, si on est pas sûrs de la sécurité des conditions de réalisation, on contre-indique pour éviter les risques de séro-conversion HIV HCV dans les 6 mois qui précèdent le don…Mais je ne contre-indiquait pas l’acupuncture que je faisais avec des aiguilles stériles à usage unique comme c’est le cas partout en France normalement!)

    • Un grand merci pour toutes ces informations et toutes ces précisions Mastacloue, je comprends mieux maintenant.
      Dis-donc je t’admire : sage-femme et PMette, ça doit pas être facile tous les jours…
      bises

  4. Salut,
    Je connaissais déjà ce don car une amie à moi l’a ait pour sa première grossesse.
    Je pense que dans la clinique oú je vais accoucher il est possible de faire ce don car il y a une affiche dans la salle d’attente de mon gynécologue.
    Je vais lui en parler si j’y pense lors de mon prochain RDV et comme j’attends aussi des jumeaux je vais voir ce qu’il me répond.
    Je suis très intéressée par ce don également mais j’oublie d’en parler à mon gynécologue à chaque visite.
    À bientôt.

    • Hello Mélan’s, comme tu peux le lire dans le com’ de Mastacloue ci-dessus, comme tu attends toi aussi des jumeaux tu ne pourras malheureusement pas faire le don de sang de cordon…
      Félicitations pour tes deux petites filles attendues!! Je suis ravie pour toi!

  5. J’ai voulu faire un don de cordon pour Marvellous, impossible à mettre en place dans ma maternité malheureusement. J’ai prévu d’essayer de le faire cette fois si et j’espère que cela sera enfin possible !

  6. Je suis une donneuse militante, de sang, de plasma, de plaquettes, et je suis inscrite sur le registre national des donneurs de moëlle et d’organes. Je commence même à réfléchir au don de lait … mais en ce qui concerne le don se sang de cordon, il faut quand même savoir que pas mal d’études ont montré que le tant que le cordon continue à battre, c’est-à-dire jusqu’à la délivrance, le bébé reçoit une double dose d’oxygène : via l’air qu’il respire, et via le sang qui continue à arriver par le cordon. Certes, le bébé peut se passer de cet oxygène en provenance du cordon, mais en même temps ça lui est bénéfique de le recevoir.
    Il se trouve que dans la quasi-totalité des maternités françaises on n’attend pas que le cordon ait cessé de battre pour le couper, donc dans ces cas-là, faire un don ou pas ne change rien. Mais quand vous demandez à ce que le cordon ne soit pas clampé ni coupé tant qu’il bat, alors le don de sang de cordon devient impossible puisque le sang va directement dans votre bébé.
    Il peut y avoir des situations où il est impératif de clamper et couper le cordon (césarienne bien sûr, mais aussi circulaire du cordon ou cordon court), et dans ce cas, on ne « prive » le bébé de rien en faisant un don de sang de cordon, mais dans le cas où on peut (et où l’on veut) que le cordon soit coupé après, alors le don de sang de cordon n’est pas tout à fait anodin.
    Je ne veux pas que mes propos soient mal interprétés : le don de sang de cordon reste un beau geste, mais je trouve que l’information reçue à ce sujet est souvent incomplète. A mon sens, ce n’est pas tout à fait pareil qu’un don de sang classique, ou que les autres dons que j’ai cités plus hauts. Dans le cas de ces dons-là, ce que vous donnez se régénère : sang total, plasma, plaquettes, moëlle, lait, sperme, et même ovocyte (même si en tant que tel les ovocytes ne se régénèrent pas, mais vous en produisez d’autres). Evidemment, dans le cas du don d’organe, ça ne se régénère pas, mais en même temps, vous êtes mort, donc la question est un peu différente. Dans le cas du don du sang de cordon, ce sang-là ne se régénèrera jamais.

    Par contre, comme toi, je ne comprends pas pourquoi le don de sang de cordon n’est pas possible pour une naissance gémellaire (sauf pour les grossesses gémellaires mono-choriales et mono-amniotiques où l’on peut comprendre, mais pour les autres?).
    C’est dommage que la sage-femme ne t’ait pas donné plus d’explications…

    • Bonjour,
      merci beaucoup pour ces précisions. J’avais été déçue pour mon second accouchement que ce don soit impossible en raison d’une séance d’acuponcture pendant la grossesse (contre-indication… j’ignore pourquoi !), mais dans la mesure où j’ai systématiquement demandé, à chaque accouchement (et cela a été respecté) que le cordon ne soit coupé qu’après avoir cessé de battre, je n’ai pas de regret, ce point était important pour moi.
      Il y a effectivement un manque réel d’information sur le sujet !

    • merci pour ces précisions et de nous donner ton ressenti.
      en même temps si la plupart des maternités coupent le cordon alors qu’il « bat » encore et que les bébés ne s’en portent pas moins bien, pourquoi ne pas faire le don? effectivement le sang de cordon ne se régénèrera jamais mais en même temps s’il n’est pas prélevé il va à la poubelle! je ne vois pas très bien en quoi cela est-ce différent de ce point de vue d’un don de sang, de plaquettes, de moelle…
      en tout cas bravo pour ton engagement comme donneuse sur tous ses plans!

  7. Je comprend parfaitement ce désir de donner surtout lorsque l’on a reçu, c’est en parti pour ça que je me suis inscrite sur la liste des donneurs de moelle osseuse. Pour le don de cordon, je me suis renseignée et les maternités autours de chez moi ne le font pas. je trouve ça très dommage parce que c’est quand même moins compliqué à mettre en place qu’un don de moelle (pour les mêmes effets) qui lui nécessite soit une intervention chirurgicale soit la prise d’un traitement avec pas mal d’effets secondaires.
    Enfin, j’espère que petit à petit cette pratique va se généraliser.

    • Malheureusement, la réponse est toujours la même: la thune…Le stockage des poches et toute la logistique associée coûte extrêmement cher…(les accouchements ont lieu tous les jours, jour et nuit, et il faut du personnel en permanence pour préparer les prélèvements, les tester, les traiter, plus réaliser les entretiens avant l’accouchement (une sage-femme à temps plein pour nous)…bref des sioux….Et pour avoir de moins bons résultats que les prélèvements de moelle osseuse pour les receveurs, pour le moment. Alors tout est une histoire de calcul, encore une fois…Malheureusement.

  8. Dans ma ville, une seule maternité pratique le don de sang de sang de cordon et même pas le CHU… Pourtant ce n’est pas une petite ville… Encore du retard a ce niveau là……

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s